Après une aventure de sept saisons, le rideau vient de tomber sur la série de Showtime et ce, de manière pour le moins surprenante. Tout laisse à croire que cet univers créé par Billions continuera à vivre sous d’autres formats.

Un revirement de situation inattendu

Le personnage de Wags, dans l’épisode 84 de Billions, dernier de la série, prononce une phrase qui semble s’adresser directement à nous, le public : « les fins sont rudes. Il y a toujours un déçu ». Malgré toute la vérité qui réside dans ces mots, le dénouement de Billions semble faire l’unanimité – tout comme l’ont fait les fins de Breaking Bad et Mad Men, pour ne citer qu’elles.

Comment y sont-ils parvenus ? En offrant tout simplement une fin heureuse aux fans qui n’attendaient qu’une chose : la chute du détestable Michael Prince.

En effet, dans l’épisode précédant le final, on nous laissait croire que le personnage, candidat à la présidence des Etats-Unis, allait écraser ses adversaires sans pitié. Les auteurs de Billions ont toutefois exploité cette situation pour concevoir un stratagème finement imaginé, qui renversera complétement la situation.

Sans revenir sur les détails des complots financiers, notons simplement que Mike Prince réussit à s’aliéner tout le monde et qu’il perd soudainement la majeure partie de sa fortune.

Le pardon offert à Bobby Axelrod

Du coup, sa campagne pour la présidence des États-Unis est un échec et le voilà contraint de quitter les lieux, consterné de voir Bobby Axelrod se faufiler dans son fauteuil et reprendre son bureau. Le fait de voir tous les proches de Prince l’abandonner les uns après les autres tout au long de l’épisode, à l’image de Kate Sacker, est particulièrement gratifiant.

De son côté, Bobby Axelrod, après avoir accepté sa propre défaite lors de l’épisode final de la cinquième saison, connaît une rédemption. Après s’être éternellement affronté avec son rival de toujours, Chuck Rhoades, Bobby finit par faire équipe avec lui afin de renverser leur ennemi commun, comme dans nos rêves les plus audacieux.

La fin de leur alliance impromptue est signée par une poignée de main touchante qui témoigne de l’évolution de ces deux personnages tout au long des saisons. Cet ultime épisode a également le mérite de trouver une solution satisfaisante pour chaque personnage. Ainsi, Bobby accepte de voir Taylor prendre son envol et lui offre même des bureaux pour son association.

Enfin, la liberté pour Wendy

Après avoir laissé Mike Prince à son sort, Scooter Dunbar (Daniel Breaker), poursuit enfin son rêve de devenir chef d’orchestre, grâce à son neveu Philip, qui lui a permis de garder une somme d’argent conséquente. Quant à Chuck, il reçoit des éloges de son père pour avoir réussi à anéantir Mike Prince.

Il mérite également d’apparaître dans la toute dernière scène de la série où on le voit dîner dans le restaurant de son ancien protégé (Bryan Connerty), sur le point de récupérer sa licence d’avocat. Chuck est accompagné de Wendy et de leurs enfants, des retrouvailles vivement appréciées. Wendy retrouve également son indépendance.

Elle quitte l’entreprise de Bobby pour se consacrer à sa carrière médicale. Cependant, ils se séparent avec un câlin amical et non le baiser que tant de fans espéraient. En effet, réussir la fin d’une série, c’est aussi savoir déjouer les attentes des fans. Billions a su faire cela tout au long de ses sept saisons, et le final ne déroge pas à la règle. Les personnages vont nous manquer, mais nous avons un sentiment de satisfaction rare de les voir partir de cette manière.

Billions saisons 1 à 7, disponible en intégralité sur CANAL+.

4/5 - (25 votes)