Rendre Hommage à William Friedkin, dont “L’Exorciste” Restera à Jamais le Sommet de l’Horreur

william friedkin

Même si l’histoire de l’horreur est vaste et que des œuvres exceptionnelles continuent d’émerger de nos jours, il n’y en a que très peu aussi marquantes que le film de William Friedkin de 1973, “L’Exorciste”. Beaucoup tentent encore de se comparer à ce qu’il a accompli dans son chef-d’œuvre cinématographique, mais seuls quelques-uns s’approchent même de la vision cauchemardesque implacable qu’il a créée. Le film est si proche de la perfection qu’il est devenu un raccourci pour un cauchemar bien conçu, nous plongeant de plus en plus profondément dans une histoire de possession qui est aussi une œuvre d’horreur psychologique, tout en explorant de manière évocatrice ce qui se produit lorsque la foi déjà fragile est déchirée en morceaux. Dans chaque image, Friedkin a patiemment construit une vision sombre et vibrante qui hante l’esprit de tous ceux qui l’ont déjà vu.

Le Regrettable Décès de William Friedkin

Lundi, Friedkin est décédé à l’âge de 87 ans. Bien qu’il laisse derrière lui un incroyable corpus d’œuvres, comprenant ses autres films tels que “French Connection”, ainsi que son entrevue hilarante avec Nicolas Winding Refn, qui méritent tous d’être rappelés dans les jours et les semaines à venir, l’empreinte qu’il a laissée sur le genre de l’horreur avec ce film devrait toujours rester au premier plan des discussions. Toutes les histoires de possession se mesureront à jamais aux émotions authentiques qu’il évoque encore alors qu’il plonge dans les coins les plus sombres de l’existence elle-même. Bien que les récompenses ne soient pas tout ce qui compte, il faut souligner que “L’Exorciste” a été le premier film d’horreur à être nominé pour l’Oscar du meilleur film, ce qui témoigne de sa transcendance. Chaque détail riche depuis sa montée angoissante jusqu’aux révélations brutales qu’il laisse échapper était le regretté Friedkin à son meilleur. Son film restera à jamais celui qui nous pousse à explorer plus en profondeur non seulement les périls des mondes inconnus, mais aussi ceux que nous portons en nous-mêmes. C’est un portrait de la peur qui reste aussi redoutable que formidable en raison du soin méticuleux avec lequel Friedkin l’a magistralement donné vie.

La Pérennité de la Terreur dans “L’Exorciste”

The Exorcist: Believer | Official Trailer

Ce qui rend le film si troublant, c’est sa méthodologie et comment Friedkin prend son temps pour nous plonger dans une terreur imminente. Cela devient d’autant plus effrayant parce qu’il n’offre aucun soulagement ni échappatoire à quel point il est dérangeant de voir la vie dans laquelle les personnages pensaient être en sécurité commencer à se désintégrer complètement. Lorsque Chris MacNeil (Ellen Burstyn) découvre pour la première fois que quelque chose ne va pas du tout chez sa fille Regan (Linda Blair) et qu’il faut intervenir, elle tente d’abord de trouver une solution médicale. Ce n’est que lorsque les terrifiantes épreuves auxquelles sa fille doit se soumettre ne font rien et sont suivies par une détérioration encore plus grave que nous commençons à ressentir la dévastation absolue de la situation. Une grande partie de cela est due à l’utilisation du son qui se glisse sous votre peau, comme lorsque Regan se débat pour la première fois sur son lit, avant d’être accueillie par un silence stupéfait dans lequel Friedkin nous laisse avec Chris, qui se retrouve sans voix. C’est seulement par désespoir qu’elle se tourne vers un exorcisme comme quelque chose qui pourrait apporter la paix à sa famille. Ce n’est même pas quelque chose qu’elle envisage avant plus d’une heure dans le film, après avoir épuisé toutes ses options, mais Friedkin fait en sorte que chaque instant de cette montée en tension soit aussi menaçant que la chute qui suit. Les scènes plus explosives qui restent gravées dans notre esprit ne sont qu’une partie, mais ce sont tous les détails qui les précèdent où le réalisateur a apporté cette même attention dévouée pour tirer le meilleur parti de chaque instant qui garantit que tout se réunisse en quelque chose d’aussi magnifique que macabre.

A lire  Marvel Devrait Choisir Cet Acteur pour Incarner Kang le Conquérant

L’Exorcisme Qui Définit le Réalisateur

Lorsque l’exorcisme commence enfin, et que le père Karras (Jason Miller) et le père Merrin (Max von Sydow) font tout ce qu’ils peuvent pour aider Regan, chaque scène que d’autres réalisateurs pourraient avoir passée aussi rapidement que possible trouve son aboutissement de manière poétique et douloureuse. Friedkin capture cette histoire avec un regard porté sur les tragédies silencieuses qui s’accumulent jusqu’à ce que tout soit à jamais perdu pour bon nombre des personnages pris dans cette histoire. Il ne s’agit pas de survoler les particularités de la vie de leurs personnages, mais de nous immerger en elles pour que leur destruction soit accompagnée d’un poids lourd qui nous anéantit émotionnellement morceau par morceau. Pour certains, cela pourrait facilement être considéré comme lent par rapport au rythme souvent impatient et frénétique de nombreuses œuvres modernes d’horreur médiocres. La différence réside dans le fait que beaucoup ont essayé de reprendre ce que Friedkin a fait pour ensuite abandonner la précision qu’il a apportée à chaque projet et finalement émousser l’impact de ce qu’il a créé de manière écrasante ici. Il expose comment tous les acteurs impliqués ne savent pas si ce qu’ils font suffira à sauver Regan, avec leurs hésitations récurrentes et authentiques ne faisant qu’augmenter le potentiel de catastrophe qui les attend. Aucun salut sûr n’arrivait pour aucun d’entre eux, faisant du film entier une descente à travers des vies qui sont pour la plupart déjà condamnées quoi qu’ils fassent. C’est ce qui en fait le meilleur de la carrière déjà illustre de Friedkin, de l’horreur dans son ensemble et de l’art cinématographique dans son ensemble.

“L’Exorciste” de Friedkin le Consacre comme l’un des Plus Grands Réalisateurs d’Horreur

Alors que nous nous souvenons tous collectivement du réalisateur et partageons des appréciations respectives de son travail, les expériences qu’il a créées resteront des exemples de ce que le cinéma peut être. En particulier, avec “L’Exorciste”, Friedkin a créé ce qui restera toujours au sommet de ce que l’horreur peut et devrait être. Le fait qu’il nous jette ensuite des hauteurs où il nous a amenés est une autre expression de l’audace qui a défini sa carrière. Dans toute discussion qui aura lieu aujourd’hui, demain et dans les années à venir sur le meilleur que l’horreur a à offrir, “L’Exorciste” sera toujours au premier plan de nos esprits, tout comme il l’est dans nos cauchemars refoulés.

5/5 - (13 votes)
Olive XAVIER

Rédigé par Olive XAVIER

Rédacteur web passionné de cinéma et féru de séries, je suis ici pour partager avec vous l'actualité brûlante du monde du septième art. De l'effervescence des films aux intrigues captivantes des séries, je vous tiendrai informé des dernières tendances et des sorties immanquables. Mais ce n'est pas tout ! J'explorerai également l'actualité musicale, aussi bien en France que dans le reste du monde. Attendez-vous à des critiques percutantes, des recommandations éclairées et des découvertes musicales envoûtantes. Préparez-vous à être immergé dans un univers culturel riche en émotions et en inspirations.